Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Boukaré Ouédraogo dit « Burky » à la mairie de Kaya : Que de chemin parcouru (...)

Boukaré Ouédraogo dit « Burky » à la mairie de Kaya : Que de chemin parcouru !

mercredi 29 juin 2016

Après les élections municipales du 22 mai 2016, place a été faite à la désignation des maires des communes par les conseillers élus. Kaya, le chef-lieu de la région du Centre-nord n’a pas fait exception à la règle. En effet, les conseillers de la commune de Kaya ont finalement pu élire leur nouveau maire le 25 juin 2016. Nous vous proposons un gros plan sur qui a reçu la confiance des conseillers électeurs et ses priorités pour la commune.

Boukaré Ouédraogo dit « Burky » à la mairie de Kaya : Que de chemin parcouru !

Le nouveau maire de Kaya, Boukaré Ouédraogo dit « Burky » est né le 02 février 1971 (45ans). Il est le fils du regretté président de la communauté musulmane de Kaya, El Hadj Ousmane Ouédraogo décédé en août 2013. Il est instituteur certifié en service à l’école primaire de Dimassa dans la Circonscription d’éducation de base de Kaya 1, avec une vingtaine d’années d’expérience et de pratique du métier d’enseignant. Il a servi dans des localités comme Koalma et Rofenega dans la commune rurale de Pissila.

Ex-syndicaliste engagé dans les sous-sections du SYNATEB (Syndicat national des travailleurs de l’éducation de base) de Pissila et de Kaya, l’homme est aussi un ouvrier spécialisé et formateur en apiculture moderne. Marié et père de 03 enfants, Boukaré Ouédraogo est aussi un passionné des arts martiaux, de la chasse sportive et du théâtre. Ceinture noire 2eme dan de Vo vinam viet vo dao et 05 fois champion national en catégorie poids lourds, il est co-fondateur du club de karaté « La tolérance » de Kaya. Il est depuis 1998, le directeur technique dudit club.

Sur le plan politique, on retiendra qu’il fut de 2005 à 2010, membre des services structurés du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès) à Pissila. Il rejoindra très tôt le MPP (Mouvement du peuple pour le progrès) à sa création en qualité de membre de la sous-section du parti à Kaya. Il a été élu conseiller municipal du secteur N°2 de Kaya(Yaoghin).

Sur l’anecdote liée à son surnom « Burky », Boukaré Ouédraogo nous explique que cela remonte au temps où il était toujours élève. Ce serait après avoir reçu leur copie de devoir que les élèves sont partis pour les différentes réclamations de points omis par l’enseignante. De façon générale, les réclamations visent la plupart du temps pour l’élève plaignant à revendiquer un ajout de point et non le contraire. Lorsque son tour arriva, son enseignante lui fait savoir qu’il n’y a plus de réclamation possible. Alors, il expliquera qu’il a obtenu un point de plus qu’il ne le méritait. C’est donc entre surprises et étonnements qu’après avoir pris le cas de Boukaré Ouédraogo en exemple auprès des autres élèves, elle lancera (en mooré) et pour faire répéter aux autres et en signe de leçon de morale que Boukaré Ouédraogo est un vrai « Burky », comprenez donc Burkinabè.

C’est cet homme qui n’était pas au départ dans les startings blocks à l’élection du maire de Kaya qui arrivera comme le 4ème larron.

Une élection sous haute surveillance policière

Initialement prévue pour se tenir le 21 juin dernier, l’élection du nouveau maire ne se fera que quatre jours plus tard et sous très haute surveillance des forces de défense et de sécurité, à cause des risques de troubles graves qui prévalaient. En effet, selon des témoignages recueillis sur place, il y avait de l’électricité dans l’air et les populations redoutaient le pire. Et pour cause, une rivalité interne à trois prétendants, tous du MPP et dont « Burky » ne faisait pas parti était la raison des craintes.

Dans l’impossibilité de trouver un modus vivendi entre eux à Kaya, les trois prétendants se sont déportés au niveau de la capitale pour voir leur désaccord aplani. Et comme solution, les premiers responsables de Ouagadougou ont décidé qu’aucun des trois prétendants ne se présente et que la place soit faite pour celui qui était pressenti alors comme premier adjoint au maire, Boukaré Ouédraogo dit « Burky ».

Pendant tout ce temps, les partis de l’opposition étaient tapis dans l’ombre, attendant d’exploiter les faux pas et les rivalités internes de l’adversaire politique et pourquoi pas ravir la mairie de Kaya. Même si cela paraissait peu probable avec les 104 conseillers engrangés par le seul MPP sur un total de 162 pour la commune.

Cependant, l’histoire est plus complexe qu’elle ne le parait parce qu’il n’était pas non plus exclu que des conseillers MPP d’un des candidats et pourquoi pas de deux candidats mécontents, décident de voter pour l’opposition en signe de protestation et de sanction au parti au pouvoir ? En effet, cela s’est déjà vu dans d’autres communes et il ne s’agit donc pas là d’un scénario invraisemblable. Et pour dissuader les trois prétendants de toute velléité d’outrepasser la solution de Ouagadougou, il a été clairement dit que celui qui ne respectera pas la consigne sera exclu du parti.

Les grands chantiers du nouveau maire

C’est dans ce contexte général de suspicion (trahisons et affrontements) qu’a eu lieu l’élection du maire de la commune de Kaya le 25 juin 2016. Et les 161 conseillers présents ce jour-là, devaient montrer patte blanche en franchissant chacun, trois barrières de contrôle avant d’accéder à la salle des délibérations. Les consignes du parti n’ont pas été respectées puisque l’un des trois prétendants aux primaires mis à la touche tout de même présenté. En plus de ce non- respect de la consigne, un autre problème pouvait faire obstacle au désormais candidat officiel du MPP. Que les conseillers du canton de Kirgoutenga, plus nombreux que les autres et qui ont toujours fait la différence par leur vote ne suivent pas aussi les consignes du parti. En effet, le Sanmatenga qui relève de la chefferie du Dima de Boussouma est constitué aussi de cantons (4 à 5 selon notre source). Et trois dont celui de Kirgoutenga surtout, du Sanmatenga et de Diguila sont incontournables et ont toujours dicté leur volonté dans le choix du maire de la commune. Et selon toujours la même source, de par le grand nombre de conseillers qu’il a toujours eus lors des élections passées, le canton de Kirgoutenga a longtemps imposé des maires natifs dudit canton à la commune. Toute chose dont ne voulaient plus entendre parler cette fois-ci encore, ceux du Sanmatenga avec comme candidat Boukaré Ouédraogo. Et si les conseillers de Kirgoutenga ne suivaient pas, les choses pouvaient dangereusement se compliquer pour le candidat officiel et le MPP.

Mais heureusement, Boukaré Ouédraogo a pu au final compter avec le soutien dit-on des conseillers de Kirgoutenga. C’est ainsi qu’il a pu être élu sans coup férir par 108 conseillers sur les 161 présents et votants du jour, et contre 53 voix pour son challenger du même parti qui n’a pas pris en compte la décision des premiers responsables du MPP. L’opposition, elle a finalement jugé sage de ne présenter aucun candidat alors qu’il était question d’un candidat CDP.
Finalement élu à la tête de la commune de Kaya, le maire Boukaré Ouédraogo dit « Burky » entend désormais travailler avec tous les fils et filles de Kaya. Pour lui, il n’est plus question de clivages politiques les élections passées car seul importe le développement de sa commune, nous a-t-il confié le lundi 27 juin 2016 au domicile familial sis au secteur N°2 de Kaya. Il compte d’abord s’appuyer sur le travail de ses prédécesseurs parce qu’il estime qu’il s’agit d’une continuité. Il a relevé des points importants à ses yeux et qui ont pour nom : Eau et assainissement, le chômage et l’emploi des jeunes, la question des femmes qui est très importante nous a-t-il fait savoir, car elles ont participé pour au moins 75% à l’élection de conseillers MPP. Il est question de booster leurs mouvements associatifs et leur trouver aussi de quoi s’occuper. L’urbanisation de la commune est aussi un enjeu pour le maire Ouédraogo. Il a particulièrement insisté sur la nécessité d’un redécoupage de la commune de Kaya en vue d’augmenter le nombre de secteurs qu’il veut voir passer de 7 actuellement à au moins 17 ; ériger les quartiers de gros villages et les hameaux de culture en villages. Comme ressources, il compte sur la mobilisation optimale des taxes et impôts et le soutien de partenaires financiers par le biais des jumelages.

A titre de rappel, ils étaient six partis politiques à avoir pris part aux élections municipales dans la commune du cuir, des peaux et du coura-coura(Koura-Koura c’est selon) : Le MPP, le CDP, l’UNIR/PS, la NAFA, l’UDS et l’UPC.

Angelin Dabiré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Kaya
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter