Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Femmes déplacées internes à Kaya : Des amazones victimes d’injustice

Femmes déplacées internes à Kaya : Des amazones victimes d’injustice

LEFASO.NET

jeudi 19 août 2021

Être femme déplacée interne n’est vraiment pas de l’eau à boire. Ces amazones ont marché des kilomètres pour fuir la cruauté d’hommes "sans foi ni loi". Elles se trouvent aujourd’hui, certaines, délaissées par leur conjoint, d’autres victimes d’injustice de tout bord. Ne sachant pas à quel saint se vouer, l’autre moitié du ciel partage avec Lefaso.net sa misère dans les sites de déplacés internes mais aussi dans les maisons non-loties de Kaya.

Femmes déplacées internes à Kaya :  Des amazones victimes d’injustice

Risnatou vient de Foubé. Elle est arrivée à Kaya il y a deux ans. Commerçante de son état, elle a fui la barbarie des dictateurs de la pensée unique. Elle raconte son calvaire : « A mon arrivée, j’ai demandé à être recensée afin d’avoir un peu de vivres pour nourrir mes enfants. Un agent recenseur m’a appelée à l’écart. Il a pris mon numéro. Chaque soir, il passait son temps à m’appeler. Je lui ai dit que j’ai un mari et que je ne souhaitais pas qu’il m’appelle à ces heures. »

Le lendemain, l’agent recenseur a été catégorique avec elle. Sois-tu acceptes mes avances pour bénéficier des vivres, ou tu ne les auras pas », lui a-t-elle lancé. Effectivement, c’est ce qui s’est passé. Risnatou confie avoir passé une année sans obtenir de vivres. Selon son témoignage, il a fallu un moment après, pour qu’un chef de site vienne à son secours. Elle déclare ce qui suit : « Les femmes qui acceptent assouvir les libidos des hommes sont les mieux traitées. Au moment de la distribution, on voit des représentants qui cherchent des femmes pour servir. »

Dame Sebgo, venue de Pensa, a aussi rencontré des situations similaires. Il y a deux ans, elle a fui la terreur. Les larmes aux yeux, elle se confie : « Un monsieur d’une ONG m’a ouvertement dit que si j’accepte ses avances, je serai toujours mieux servie que les autres. J’ai répondu par la négative. Jusque-là, je n’ai rien reçu. Je lave les habits dans la ville pour nourrir mes enfants ».

Le maire d’une commune du Sanmatenga soutient les dires de ces femmes. Il s’est confié à nous en ces termes : « Une femme m’a raconté sa situation sur des avances de certains agents, j’étais dépassé. Nous reconnaissons que les femmes déplacées sont plus victimes de plusieurs maux ». Certains responsables que nous avons rencontrés disent ne pas se reconnaître dans cette affaire. L’un d’eux dit que de nombreuses personnes parlent de cet abus de pouvoir mais qu’ils n’ont pas toutes les informations.

Des hommes ont délaissé les femmes pour les mines d’or.

L’autre difficulté vécue par les femmes déplacées internes, c’est le fait que leurs maris les abandonnent pour rejoindre les sites miniers. En effet, arrivés sur les sites d’accueil, nombreux sont les hommes qui ont abandonné leurs femmes. Ils partent chercher de l’or.

A la question de savoir s’ils apportent quelque chose, Mme Sawadogo rétorque : « Depuis que mon mari est parti, il n’appelle pas ; ce n’est pas envoyé quelque chose qu’il va faire. Il ne se soucie plus de moi ni de ses enfants ».
Risnata Sankara, venue de Bourzanga ajoute : « C’est en temps de difficulté qu’on connait les vrais hommes. Il m’a dit qu’il part pour la recherche d’or. Je suis seule ici. J’ai pris une maison en location. Je me débrouille seule ».

Une femme à qui nous avons demandé si son mari était là, a répondu par l’affirmative. Mais elle fait vite de préciser : « Son absence et sa présence sont égales. Mon mari est là, mais c’est moi qui gère le foyer. Souvent, il retire le peu que je gagne ».

L’avenir des enfants revient aux femmes

Elles sont nombreuses dans les non-lotis à nous avoir répété qu’elles n’ont rien reçu comme vivres. Certaines ont passé deux ou trois ans sans aide humanitaire. « Pourtant, nous devons éduquer nos enfants, les nourrir, les vêtir, leur offrir des soins », lance Risnatou. Elles se battent jour et nuit ; certaines vendent du bois à 200, 500 Fcfa, d’autres vont de maison en maison pour laver les habits. Leurs conditions de vie vont de pire en pis. En clair, elles sont laissées à elles-mêmes.

L’autonomisation des femmes déplacées internes peut les soulager

Les femmes déplacées internes sont sans emploi. Elles vivent dans une morosité économique extrême. Nombreuses sont celles qui disent qu’elles étaient des coiffeuses, couturières ou commerçantes.

Adjara Bandé, assise devant sa porte en train de coiffer une cliente, suggère : « Si on nous forme bien, on nous accompagne avec du matériel, je pense que nous allons bien nous occuper ». Mme Traoré, victime de tentative d’abus sexuel, renchérit : Nous ne voulons pas être assistée pour l’éternité. Plutôt, nous souhaitons qu’on nous donne de quoi nous libérer de la chaîne de servitude ».

Nous retenons que ces amazones ont juste besoin d’un appui pour subvenir aux besoins cruciaux de leur famille. Elles ont vraiment besoin d’autonomisation. L’avenir de leurs enfants en dépend.

Gérard BEOGO

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Kaya
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter